fbpixelax

La lésion médullaire est une blessure de la moelle épinière entraînant des dysfonctionnements permanents au niveau des fonctions motrices. Elle survient beaucoup plus fréquemment chez les hommes avec une prévalence de 490 à 526 cas pour un million d’habitants. Pour la personne atteinte, les conséquences vont de la simple invalidité des membres inférieurs à une paralysie complète qui peut s’aggraver. 

Qu’est-ce qu’une lésion médullaire ?

Le terme « lésion médullaire » et utilisé pour désigner toutes les lésions ou traumatismes touchant la moelle épinière et entraînant un dysfonctionnement ou une perte responsable d’une dégradation de la mobilité et/ou de la sensibilité. Cela concerne l’ensemble des lésions médullaires qu’il s’agisse d’une blessure médullaire ou de lésions d’origine infectieuse, vasculaire, congénitale ou tumorale.

En effet, la moelle épinière (spinal cord en anglais) est un constituant du système nerveux central. Elle assure, avec le cerveau, le contrôle des fonctions corporelles (mouvements, comportement). Elle est innervée à différents endroits et protégée en partie par les os de la colonne vertébrale et par le liquide céphalo-rachidien. En cas de lésion de la moelle épinière, cela provoque une altération voire une destruction de la mobilité et de la sensibilité.

La recherche distingue 4 catégories de lésions médullaires :

• La lésion complète avec pour conséquence une perte complète de la sensibilité et de la mobilité volontaire.

• La lésion incomplète qui cause une perte partielle de la mobilité et de la sensibilité.

• La paraplégie (paralysie partielle ou complète des membres inférieurs entraînant une perte de la fonction motrice, et parfois celle des organes internes)

• La tétraplégie (paralysie des quatre membres et de la plupart des organes internes)

Le contrôle d'environnement JIB

Des solutions existent et permettent aux personnes victimes d’un accident de tout contrôler chez eux depuis un Smartphone.

Quels sont les facteurs de risque ? 

Les lésions médullaires traumatiques (LMT) concernent principalement les hommes (dans 80 % des cas) âgés de 16 à 30 ans ou âgés de plus de 65 ans. Les personnes adoptant un comportement à risque (conduite imprudente, sport à haut risque sans équipement de sécurité) présentent également des risques de survenue d’un traumatisme médullaire.

Quand ils n’enlèvent pas la vie, les accidents de la route, et notamment ceux en moto, sont les principales causes de LMT (38 %) et de tétraplégies. Viennent ensuite les chutes (31 % des cas), les violences (14 %) et les sports (9 %). On parle de lésion médullaire non traumatique (LMNT) lorsque les raisons de la lésion ne sont pas liées à une force externe. Parmi celles-ci :

• Maladies vasculaires

• Maladies des motoneurones (ex. sclérose latérale amyotrophique)

Maladies dégénératives

• Maladies infectieuses et inflammatoires

• Troubles congénitaux et du développement

• Maladies néoplasiques (un cancer par exemple)

• Myélopathie spondylarthrosique (une spondylarthrose qui compresse la moelle épinière)

Quelques blessures médullaires incomplètes communes

La plupart des lésions médullaires entraînent des conséquences et complications plus ou moins importantes selon l’étendue de la lésion et sa localisation. En effet, chaque lésion n’aboutit pas à une paraplégie ou à une tétraplégie. Elles affectent généralement des fonctions dans différentes parties du corps situées à l’endroit (syndrome lésionnel) et sous l’endroit de la lésion (vessie, intestins). Parmi les formes courantes de blessure médullaire incomplètes, nous avons :

Le syndrome antérieur de la moelle épinière

Il résulte d’une compression antérieure de la moelle épinière. Cela conduit à une paralysie ou une faiblesse motrice. On remarque également une perte du contrôle volontaire de la vessie et une perte de la sensation de température et de la douleur.

Le syndrome centromédullaire (ou syndrome central de la moelle épinière)

Il s’agit de la lésion de la partie centrale de la moelle épinière. Ses caractéristiques sont la faiblesse et la perte de la sensation notamment au niveau des membres inférieurs.

Le syndrome de Brown-Séquard

Encore appelé syndrome latéral de la moelle épinière, cette maladie consiste en une blessure de la moitié de la moelle épinière entraînant des déficits asymétriques. Les personnes atteintes ressentent une paralysie ou une faiblesse d’un côté du corps (hémiplégie) et perdent de la sensation de l’autre côté (hémianesthésie).

Le syndrome du cordon postérieur 

Il s’agit d’une compression de la partie postérieure de la moelle épinière entraînant une atteinte au niveau de la vibration, de la sensation et de la coordination.

Le syndrome de la queue de cheval

Maladie rare causée par une compression ou une blessure dite « de la queue de cheval ». Elle est responsable de dysfonctionnements sexuels, intestinaux et vésicaux et de douleurs ou d’engourdissements autour des fesses et des jambes.

Quels traitements des blessures médullaires ?

Un examen de la moelle épinière

Les soins pour les personnes atteintes d’une lésion médullaire comprennent plusieurs étapes :

• La prise en charge préhospitalière (services d’urgence)

• Les soins de courte durée

• La stabilisation médicale

• La prévention des déficits (ex. syringomyélie post-traumatique [SPT])

• La réadaptation (interne et externe)

Chacune de ces étapes joue un rôle important dans la prise en charge de ce mal. Source : Consortium for Spinal Cord Medicine, 2008 cité dans INESSS, 2013.

En cas de lésion médullaire connue ou soupçonnée, il est essentiel de stabiliser le patient et d’immobiliser sa colonne vertébrale. Cette procédure peut inclure une ventilation mécanique dont le but est de prévenir l’insuffisance respiratoire.

Les traitements chirurgicaux

Il arrive que certaines lésions spécifiques nécessitent des traitements chirurgicaux. Ces traitements consistent généralement à réduire les fractures vertébrales ou à corriger les déformations de la colonne vertébrale. En cas de lésion médullaire grave, la personne atteinte doit être immédiatement conduite dans un centre de traitement spécialisé.

On procède à la décompression ou à la stabilisation de la zone qui entoure la moelle épinière. L’objectif est de réduire les blessures secondaires et de maximiser la récupération. Les soins chirurgicaux interviennent principalement à l’étape pré-hospitalière et durant la phase des soins de courte durée.

Les traitements paramédicaux

À l’étape de réadaptation, les ergothérapeutes, psychomotriciens et physiothérapeutes accompagnent le patient dans le but de maximiser ses capacités fonctionnelles. Cela comprend :

• La mobilité et le renforcement

• L’éducation et la gestion de l’œdème, des contractures et des aides techniques

Après l’intégration dans la société, les personnes atteintes d’une LM sont souvent sujettes à la dépression (source. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation). Des soins communautaires à travers des visites à domicile, des soutiens téléphoniques sont donc recommandés. L’éducation par des thérapeutes en réadaptation et l’accompagnement d’un hypnothérapeute s’avère parfois très utile pour soulager ces personnes.

L’équipement en aides techniques adaptées

Selon la gravité de la lésion ou de la blessure, la mobilité de la personne concernée peut être très touchée. Avec des mouvements limités des bras ou de la partie postérieure du corps, il devient difficile voire impossible de réaliser les gestes simples du quotidien. Heureusement, des solutions comme JIB HOME existent et permettent aux patient d’être autonomes et de soulager le train de vie des aidants.

JIB HOME est une application mobile Android qui permet aux personnes à mobilité réduite d’ouvrir les portes, d’allumer les lumières, ou encore de contrôler la TV en toute autonomie. Simple et intuitive, elle est contrôlable au doigt, via le joystick du fauteuil roulant, via contacteur, via commande vocale ou même commande oculaire.

Blessure médullaire : comment poser un diagnostic ?

À la survenue d’une lésion médullaire, on utilise les normes internationales de classification neurologique de lésions de la moelle épinière (International Standards for Neurological Classification of Spinal Cord Injury [ISNCSCI]) pour évaluer le degré de fonctionnement sensoriel et moteur et voir si celui-ci est resté intact.

C’est notamment l’échelle de déficience ASIA (American Spinal Injury Association) qui permet de déterminer le niveau de déficience d’une personne et les éventuelles complications.

L’organisme de recherche effectue généralement des radiographies et un examen approfondi pour identifier les vertèbres disloquées ou fracturées. L’imagerie par résonance magnétique (IRM) et la tomodensitométrie permettent également de mieux diagnostiquer les LM.

Quelques articles associés