fbpixelax

En raison de divers handicaps, certaines personnes rencontrent des difficultés pour accéder au langage oral. Cependant, une atteinte de langage n’est pas forcément synonyme de difficulté intellectuelle. Pour les personnes dans ce cas, la communication alternative augmentée (CAA) notamment l’approche Makaton représente une alternative de choix pour communiquer avec ses proches. 

Qu’est-ce que la méthode Makaton ?

La méthode Makaton est un Programme d’Aide à la Communication et au Langage mise au point en 1973-74 par les orthophonistes britanniques Margaret Walker, Kathy Johnston et Tony Cornforth. Son but est de répondre aux besoins de communication d’enfants et d’adultes ayant des difficultés à apprendre et à communiquer.

Le programme est constitué d’un vocabulaire fonctionnel qui combine la parole, les signes (empruntés au langage des signes Français – LSF) et/ou les pictogrammes servant de représentation visuelle pour les concepts qu’ils signifient. Il permet ainsi aux enfants ayant un sens plus développé pour les images ou les signes que pour la parole de s’exprimer dans un langage compréhensible.

Les signes servent à capter l’attention de l’enfant, l’aider à se concentrer et à mieux comprendre le langage oral. Les pictogrammes quant à eux augmentent la compréhension et la mémorisation. Ils permettent également de mettre en place les prérequis au langage écrit.

À quoi sert la méthode Makaton ? 

Comme tous les outils de la Communication alternative améliorée (CAA), le but ultime du Makaton est de favoriser l’intégration de l’enfant pris en charge dans la société grâce à son utilisation naturelle dans la vie quotidienne. Le programme a plusieurs objectifs :

  • Rétablir une communication fonctionnelle chez la personne prise en charge ;
  • Améliorer sa compréhension et favoriser l’oralisation ;
  • Structurer le langage écrit et le langage oral ;
  • Favoriser de meilleurs échanges au quotidien ;
  • Optimiser l’autonomie et l’intégration sociale.

Le fait que l’enfant puisse communiquer permet de poser un cadre propice pour son développement et favorise la diminution des troubles du comportement.

Comment ça fonctionne ?

La méthode Makaton propose deux types de vocabulaire pour améliorer la communication :

  • Un vocabulaire de base : ce vocabulaire est structuré en 8 niveaux progressifs avec 1 niveau complémentaire ouvert ;
  • Un vocabulaire supplémentaire regroupé en des thèmes servant à enrichir les différents niveaux du vocabulaire de base.

Le vocabulaire adopté est personnalisé et adapté à l’évolution des besoins (de l’enfant et de son entourage) et des capacités individuelles de la personne prise en charge. En s’appuyant sur son vécu et sur ses centres d’intérêt, le professionnel utilise des situations fonctionnelles de langage pour inciter l’enfant à :

  • Faire des choix ;
  • Accepter ou décliner une proposition ;
  • Exprimer ses émotions et sentiments ;
  • Faires des demandes ;
  • Faire une description ou un commentaire.

L’utilisation du programme Makaton par l’entourage de l’enfant au cours d’échanges spontanés est recommandée pour rendre la communication encore plus efficace. Les parents ainsi que la famille apportent donc une aide précieuse sans laquelle l’évolution langagière serait moins favorable.

À quel type de publics/pathologies s’adresse cette méthode ? 

La méthode Makaton est destinée à répondre aux besoins en communication des enfants et adultes souffrants de troubles d’apprentissage et de la communication (dysphasie). Elle s’adresse essentiellement à un large public d’adultes et d’enfants atteints de troubles du langage associés à divers handicaps :

  • Autisme (troubles spectre autistique) ;
  • Troubles spécifiques du langage ;
  • Polyhandicap ;
  • Retard mental ;
  • Atteintes neurologiques affectant la communication.

La méthode s’adresse également aux parents et à l’entourage de la personne prise en charge (éducateurs, orthophonistes, psychologues, psychomotriciens…). En effet, le parent d’un enfant handicapé passe la grande majorité de son temps en situation de prise en charge, même durant les moments de jeux avec d’autres enfants. 

Le Makaton vise à ce que l’enfant ainsi que son entourage utilisent le même mode de communication afin de favoriser son apprentissage partout où cela est possible. Pour cela, la formation Makaton s’adresse également aux parents et aux professionnels. 

Par ailleurs, l’AAD-France (Association Avenir Dysphasie France) est une association d’adultes dysphasiques, de parents et de professionnels dont le but est d’aider les enfants et adultes souffrants de troubles complexes du langage. 

Quels autres systèmes de communication ?

En dehors du Makaton, il existe d’autres systèmes de communication alternative augmentée : ce sont des modalités d’expression permettant d’accroître la compréhension du langage, de développer du vocabulaire et d’échanger avec ses proches. Parmi les plus populaires, nous avons :

Le PECS

Le PECS, acronyme de Picture Exchange Communication System (communication par échange d’image en français) qui répond aux grandes difficultés de communication rencontrées par les enfants autistes. C’est une méthode de la communication alternative et augmentée (CAA) qui consiste à échanger des images pour remplacer ou pour appuyer le langage oral. 

Le vocabulaire utilisé se présente comme un classeur, avec plusieurs intercalaires contenant des images rangées sur des bandes Velcro. Contrairement aux autres méthodes, le PECS ne nécessite qu’un temps court et peu de compétences motrices et d’imitation gestuelle. Mais il permet à l’enfant d’apprendre à initier lui-même une communication avec d’autres personnes.

Le PODD

Le PODD est l’acronyme de signifie « Pragmatic Organisation Dynamic Display » (en français : Tableaux Dynamiques à Organisation Pragmatique) est un système de CAA dit « Robuste ». Il s’agit d’un ensemble de classeurs papier ou électronique formé de pages avec des pictogrammes. Le vocabulaire y est organisé de façon originale et rigoureuse afin d’être quotidiennement utilisé en conversation.

Concrètement, cette approche permet à l’enfant d’exprimer toute sorte de messages (poser des questions, donner son opinion, exprimer des sentiments, raconter, commenter, faire des demandes, etc.), en utilisant un vocabulaire riche et varié. Le PODD vise ainsi à développer une communication autonome chez la personne concernée au niveau du langage oral.

Le Commun-image

Il s’agit d’un code de communication destiné au « jeune handicapé physique présentant une déficience physique limitant l’usage de la parole ». Spécifiquement, il s’adresse aux enfants atteints d’une IMC (Infirmité Motrice Cérébrale) de niveau scolaire ou préscolaire (entre 3 et 10 ans). 

Ce code comporte 10 chiffres, 26 lettres et 421 images qui peuvent être combinées, et dont le vocabulaire peut être adapté aux jeunes accueillis en structures médicalisées. Ces images ont été créées en tenant compte des troubles de perception visuelle. On retrouve également ce code sous le nom de ParlerPicto, qui est une version plus complète du Commun-image avec 2500 pictogrammes proposés en couleur et en noir et blanc.

JIB EYES

JIB EYES est une solution de communication alternative et augmentée (CAA) via un dispositif de commande oculaire. Les yeux remplacent la souris et permettent de s’exprimer via une clavier virtuel ou des pictogrammes (logiciel de communication intégré). Dans le cadre de certaines pathologies évolutives, la méthode Makaton est une bonne étape avant d’opter pour une solution de commande oculaire. La personne concernée peut ainsi se familiariser avec un nouveau mode de communication s’assurant ainsi de pouvoir s’exprimer quand la parole et les mouvements ne seront plus possibles.

Nous avons sélectionné pour vous ces articles :