fbpixelax

Pour communiquer entre objets connectés, il faut un mode de communication et un langage de communication. En domotique, ce langage est appelé protocole. Un émetteur et un récepteur ne peuvent donc communiquer que s’ils utilisent le même protocole domotique. Si cela vous paraît toujours un peu flou, ce n’est pas grave. Nous vous expliquons tout dans cet article.

Qu’est-ce qu’un protocole domotique ?

Un protocole domotique est un lien de communication entre le contrôleur, le capteur et les objets connectés. En réalité, les solutions connectées d’une maison intelligente fonctionnent grâce à la mise en relation de trois différents éléments :

  • un contrôleur (par exemple la télécommande),
  • un capteur,
  • un actionneur. 

Le capteur et l’actionneur sont en général installés sur l’objet à commander. Ainsi, le capteur envoie des infos au contrôleur (par exemple la position fermée ou ouverte des portes). Le contrôleur prend connaissance de ces informations et ordonne ensuite à l’actionneur de s’activer pour exécuter une action précise à un moment précis. 

En reprenant l’exemple des portes, le contrôleur peut demander leur ouverture ou leur fermeture à une certaine heure. Il peut également communiquer directement avec l’actionneur pour commander ou modifier l’état d’un objet connecté

Le contrôle d'environnement JIB

Découvrez une solution domotique simple pensée pour les personnes en situation de Handicap


Les différents types de protocoles disponibles

Il existe aujourd’hui plusieurs types de protocoles domotiques pour assurer la communication entre les appareils d’une Smart Home. Tour d’horizon sur les différentes possibilités qui s’offrent à vous.

Z-Wave

Le Z-Wave est un protocole de communication radio de faible puissance très utilisé pour les systèmes domotiques. Il émet une fréquence de 868,4 MHz et favorise l’échange d’information entre des modules compatibles de manière sécurisée. Il permet de gérer jusqu’à 232 appareils connectés différents grâce à une seule box domotique (un contrôleur).

Il peut s’agir des détecteurs (mouvements, fuites d’eau, incendie), des prises connectées, des capteurs d’ouvertures et de fermeture des portes, volets roulants et fenêtres, des arrêts d’arrivée d’eau, etc.    

L’avantage principal du protocole Z-Wave réside dans sa capacité à s’adapter à tous les systèmes domotiques. Cela n’est pas possible avec les modules achetés aux USA ou au Japon en raison de la divergence de la fréquence du signal.

Zigbee

Zigbee et un protocole radio de faible puissance tout comme le Z-Wave. Il permet la création d’un réseau maillé, la mise à disposition d’un retour d’état et la communication bidirectionnelle entre les modules. Il émet non seulement sur la fréquence des 868,4 MHz, mais également sur celle des 2,4 GHz et autorise la transition d’un volume important de données grâce à son débit de 250 kbit/s.

Le Zigbee est un protocole domotique de courte portée. Sa distance d’émission se limite à 20 mètres, ce qui peut limiter certains usages en extérieur. Il admet tout de même une grande facilité d’utilisation avec la possibilité d’associer jusqu’à 65 000 périphériques différents. On notera également sa faible consommation énergétique. Cela peut permettre à certains appareils de fonctionner plusieurs années sous pile.

En tant que protocole Open Source, Zigbee protocole est libre d’utilisation. Beaucoup de solutions sur le marché telles que Ikea, Signify, Amazon, Xiaomi et bien d’autres marques l’ont donc adopté. Cependant, un appareil Zigbee ne sera pas forcément compatible avec un contrôleur ou un autre périphérique Zigbee. Autant garder les yeux ouverts sur la compatibilité pour éviter les mauvaises surprises. 

Wi-Fi

Le Wi-Fi fait partie des protocoles les plus connus et les plus utilisés dans une maison connectée, et ce n’est pas pour rien. En effet, ce protocole domotique permet le transfert rapide de gros volumes de données, chaque nouvelle version faisant mieux que la précédente. 

Cependant, le fonctionnement du Wi-Fi exige que le périphérique connecté au contrôleur soit constamment en éveil afin de remonter continuellement des informations sur son état. Cela implique une consommation constante d’énergie et exclut la possibilité d’avoir beaucoup de modules au sein d’un réseau.

La solution domotique JIB HOME utilise le protocole Wifi avec succès.

Bluetooth

Le Bluetooth est le protocole domotique qui se rapproche le plus du Wi-Fi. Il est facile à utiliser et prend en charge une grande variété d’appareils connectés (smartphones, lampes connectées Philips hue, capteurs, prises connectées…). Mais il est limité en distance et nécessite que les périphériques domotiques et le contrôleur soient proches pour communiquer. 

Le Bluetooth normal n’est pas capable de prendre en charge à 100 % la construction d’un système domotique centralisé. Cependant, il existe quelques exceptions, dont la solution Homekit développée par Apple. Cette dernière utilise le Bluetooth Low Energy (BLE) qui consomme dix fois moins d’énergie que le Bluetooth normal.

Le BLE permet également de connecter les produits compatibles Homekit au sein d’un tableau de bord favorisant l’interaction entre les périphériques. Le Bluetooth continue d’être amélioré notamment avec le récent Bluetooth Mesh. Ce dernier porte la promesse de la création de solutions domotiques 100 % Bluetooth grâce à la création d’un réseau maillé.

Cet article n’évoque pas les protocoles et passerelles spécifiques comme Matter ou Enocean. D’autres technologies de connexions existent comme l’infrarouge ou le KNX, mais celles-ci ne sont pas à proprement parler des « protocoles domotique »

Quel protocole choisir pour son installation domotique handicap ?

contrôle d'environnement

S’il y a un enjeu pour lequel la domotique a son importance, c’est ce qui concerne l’autonomie des personnes en situation de handicap. En effet, la domotique apporte plus de sécurité, d’autonomie et de possibilités d’expressions aux personnes handicapées. Cela contribue énormément à améliorer leurs conditions de vie notamment via le contrôle de l’environnement (portes, volets, lumières) grâce à différents modes d’interaction (téléthèses, Google Home, Amazon Alexa, commande oculaire…). 

Toutefois, le protocole idéal dépend des besoins et des possibilités d’action de la personne en situation de handicap. En effet, les installations domotiques pour personnes à mobilité réduite doivent permettre aux populations PSH de contrôler leur environnement à distance. Cela implique l’utilisation de contrôleurs et de télécommandes utilisant la technologie infrarouge ou le protocole Wi-Fi, comme c’est le cas pour la solution JIB HOME.

Le protocole infrarouge (IR) est un rayonnement magnétique particulièrement adapté aux systèmes de transmission de courte portée. Il permet aux personnes de contrôler leur environnement avec une téléthèse ou des télécommandes ou simplement leur smartphone. Ce type d’installation domotique nécessite une faible consommation énergétique. Mais pour que cela fonctionne, la centrale domotique et la télécommande ou le Smartphone doivent généralement être dans la même pièce. Il en est de même pour le KNX.

Le Wi-Fi par contre est un ensemble de protocoles de communication sans fil permettant de relier par ondes radio différents appareils. Ce protocole présente l’avantage de fonctionner même quand la box domotique, le téléphone ou la télécommande se trouvent dans des pièces différentes. Cela augmente les possibilités d’utilisation, mais augmente également la consommation énergétique de l’installation. Pour la plupart des usages, le Wifi s’avère être le protocole domotique le plus simple et le plus accessible. C’est pourquoi nous l’utilisons dans la solution JIB HOME.

Découvrir d’autres articles :